Aromatiques biosourcés : démarrage de pilote en 2016 pour IFPEN et Anellotech

Partager cet article avec :

 Anellotech, IFP Energies nouvelles (IFPEN) et Axens, accompagnés de partenaires industriels, sont en train d’accélérer le développement et la future commercialisation d’un procédé de production de paraxylène biosourcé et d’autres composés aromatiques importants, dont le benzène, le toluène, l’ortho-xylène et méta-xylène, à partir de matières premières végétales non alimentaires (sciure de bois, paille de maïs, bagasse).

Produire des aromatiques biosourcés à faible coûts

Dans le cadre de cette collaboration, ces industriels développent actuellement la technologie d’avant-garde Bio-TCat qui ouvre la voie à la production d’aromatiques biosourcés à faible coût pour une utilisation dans la production chimique (par exemple le PET à 100% biosourcé, polystyrène, polyuréthane, nylon) ou comme additif non-oxygéné à haut indice d’octane pour les biocarburants.

Ensemble, ils viennent d’achever la construction d’une unité pilote de 25 m de hauteur, baptisée TCat-8, et qui démarrera ses activités dès 2016 aux Etats-Unis dans les installations d’Anellotech. L’objectif est de générer des données pour confirmer la viabilité et la durabilité du procédé purement chimique de « pyrolyse catalytique rapide ».
Dans la continuité d’une collaboration de R&D avec Anellotech qui remonte à 2010, IFPEN participera pleinement au démarrage et à l’exploitation de l’unité pilote Tcat-8, à travers la mise à disposition de trois experts techniques de haut niveau qui seront envoyés à Pearl River aux Etats-Unis pour une durée de deux ans. Les apports de l’IFPEN seront nombreux tant l’institut est rodé au développement de procédé, à la conception et modélisation de réacteurs catalytiques, de procédés de régénération de catalyseur et de traitement des composés aromatiques.

Une commercialisation de procédé par Axens

Puis une fois que le développement du procédé sera achevé, c’est Axens, filiale d’IFPEN, qui en assurera la commercialisation sous licence.
« IFPEN a un palmarès exceptionnel dans le développement de technologies », a reconnu David Sudolsky président d’Anellotech. « Il possède des moyens importants et des décennies d’expérience dans le développement et l’amélioration de nombreuses technologies, y compris la conception et l’exploitation d’usines pilotes pour la mise à l’échelle de procédés qui ont fait leurs preuves sur le marché. »

Un portefeuille de procédés verts pour IFPEN

L’intérêt de l’IFPEN produits chimiques « verts » découle de son engagement à réduire la dépendance au pétrole et à lutter contre le réchauffement climatique. Dans son portefeuille, on trouve déjà les procédés Futurol (éthanol cellulosique) et Atol-C2 (d’éthanol à l’éthylène pour une conversion en bio-MEG), tout deux commercialisés par Axens. L’institut participe également aux programmes de R&D BioButterfly pour la production de bio-butadiène (développement conjoint avec Michelin et Axens) et BioTfuel pour la production de bio-diesel lignocellulosique (développement conjoint avec Total, CEA, Thyssen Krupp Industrial Solutions, Avril et Axens). La mise au point du procédé Bio-TCAT pour la production bio-aromatiques vient compléter cet ensemble.

Un montant de 10 M$ apportés à Anellotech par un nouvel investisseur
Outre l’IFPEN et Axens, Anellotech compte parmi ses partenaires la société Johnson Matthey, ainsi qu’un « investisseur international stratégique » non divulgué qui a investi 7 millions de dollars dans la société en novembre dernier, première tranche d’un montant total de 10 millions de dollars.

Partager cet article avec :