ArcelorMittal et LanzaTech lancent un projet de 150 M€ en Belgique

Partager cet article avec :

ArcelorMittal a démarré la construction de nouvelles installations sur son site de Gand en Belgique, destinées à abriter des équipements qui convertiront le gaz contenant du carbone émanant de ses hauts fourneaux en bioéthanol. En cas de succès, ce nouveau concept pourrait être déployé au niveau de l’ensemble des activités d’ArcelorMittal, avec à la clé la possibilité de révolutionner le captage des émissions de carbone des hauts fourneaux et de soutenir la décarbonisation dans le secteur des transports.

La technologie est celle de la société LanzaTech, basée à Chicago, avec laquelle ArcelorMittal a conclu un accord de partenariat à long terme. Cette technologie, sous licence de LanzaTech, utilise des microbes qui se nourrissent de monoxyde de carbone pour produire du bioéthanol. Le bioéthanol sera utilisé comme carburant pour le transport, ou potentiellement dans la production de plastiques.

Une première industrialisation en Europe

Il s’agit de la première installation de ce type à l’échelle industrielle en Europe et, une fois terminée, la production annuelle de bioéthanol à Gand devrait avoisiner les 80 millions de litres, ce qui permettra d’économiser, par an, l’équivalent en CO2 de 100000 voitures électriques sur la route. Ce projet permettra la création de près de 500 emplois dans la construction au cours des deux prochaines années et entre 20 et 30 nouveaux emplois directs permanents pour l’exploitation de l’installation. La mise en service et la première production devraient intervenir d’ici la mi-2020.

En Chine, le producteur d’acier Shougang Group garde une longueur d’avance car il a d’ores et déjà inauguré une unité de ce type d’une capacité 60 millions litre/an d’éthanol.

Ce projet témoigne de la stratégie d’Arcelor Mittal dans l’économie circulaire. Sur le long terme, le groupe indien aspire à devenir une entreprise « zéro déchet », l’ensemble des matériaux utilisés ou générés durant la production d’acier étant récupérés, traités et réutilisés dans la chaîne de production ou devenant à leur tour des matières premières pour d’autres industries.

Un soutien du programme Horizon 2020

Jennifer Holmgren, p-dg de LanzaTech, a déclaré : «  Cette installation en Europe incarne les principes clés de l’économie circulaire et conduit à un monde où l’acier est produit sans déchets. Nous sommes heureux de travailler avec ArcelorMittal et reconnaissants du soutien de la Commission européenne. » En effet, un financement a été obtenu de diverses sources, notamment du programme Horizon 2020 de l’Union européenne, afin de poursuivre la recherche et le développement, et d’élargir le projet.

Partager cet article avec :