Antibiotiques : les actionnaires de Deinove approuvent la reprise de Morphochem

Partager cet article avec :
Bactéries déinocoques utilisées par Deinove. (c)Deinove

La société de biotechnologie industrielle Deinove a annoncé la validation par ses actionnaires de l’acquisition de la société Morphochem initiée en avril 2018. Suite à l’assemblée générale annuelle qui s’est tenue le 23 mai, il a été décidé que le groupe montpelliérain acquiert la totalité du groupe autrichien Biovertis, prenant donc le contrôle de Morphochem, expert des composés pour le traitement des infections gastro-intestinales. « Cette acquisition permet également l’entrée au capital de Deinove de l’un des principaux acteurs européens du capital-risque dans le secteur des sciences de la vie, TVM Capital, qui soutiendra Deinove dans ses prochaines étapes de développement. Nous sommes très heureux que les actionnaires aient largement approuvé cette opération structurante pour Deinove », explique Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove. Dans le détail, deux fonds d’investissement spécialisés et gérés par TVM Capital détenant 82,98 % des droits apportés vont recevoir 500 001 actions de Deinove (soit 4,06 % du capital) en rémunération de la cession de leurs obligations dans Morphochem et Biovertis. A cette occasion, les actionnaires de Deinove ont approuvé la nomination de Helmut Schühsler, partenaire associé de TVM Capital en tant qu’administrateur du groupe montpelliérain.

Un nouvel antibiotique dans le portefeuille de Deinove

Cette approbation permet à la société héraultaise de biotechnologie industrielle d’intégrer à son pipeline « un candidat-antibiotique prêt à entrer en phase II et entend répondre à une urgence sanitaire majeure ». « L’acquisition des sociétés Biovertis et Morphochem matérialise l’intégration à notre portefeuille du composé MCB3837 qui consolide notre position dans le domaine antibiotique. Avec ce produit, nous étoffons significativement notre portefeuille de composés antibiotiques en développement avec une molécule d’ores et déjà en phase clinique et nous entendons apporter une réponse à l’impasse thérapeutique que constituent les infections sévères à Clostridium difficile à l’origine de plusieurs dizaines de milliers de décès chaque année », explique Emmanuel Petiot. Cette opération s’inscrit dans la stratégie de Deinove qui se focalise depuis 2016 sur la production d’antibiotiques grâce à ses deinocoques. Une initiative qui a notamment abouti breveté son premier candidat en janvier 2017. En outre, il a récemment noué des collaborations dans le domaine. Par exemple, il a paraphé un accord de licence exclusive avec l’Italien Naicons en mars 2018. Le même mois, le Montpelliérain s’est entendu avec le Britannique RedX Pharma pour une option de licence sur un programme de développement d’anti-infectieux NBTI (Novel Bacterial Topoisomerase Inhibitor).

 

Partager cet article avec :