Antibiotiques : le projet AGIR reçoit 14,6 M€ de Bpifrance

Partager cet article avec :
Bactéries déinocoques utilisées par Deinove.

La société de biotechnologie industrielle Deinove a annoncé un financement de 14,6 millions d’euros sur cinq ans pour son projet de R&D AGIR (Antibiotiques contre les Germes Infectieux Résistants). Mené en collaboration avec l’Institut Charles Viollette (ICV, Université Lille 1), ce programme d’un budget total de 25 M€ a pour objectif d’identifier et de développer de nouveaux antibiotiques et antifongiques. Il vise également au développement de nouvelles méthodes automatisées de collecte, de culture, de criblage, d’optimisation et d’évaluation. Cette aide sera répartie entre Deinove (10,4 M€), et l’ICV (4,2 M€). « Notre approche est totalement originale dans le monde de la pharmacie, parce qu’elle combine les expertises de biologie moléculaire de Deinove avec l’expérience en chimie médicinale et en génie enzymatique des équipes de Deinbiotics (ndlr : filiale de Deinove extrenalisée depuis 2013) et de l’ICV. », explique Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove. Un propos que complète Pascal Dhulster, directeur de l’ICV : « Les synergies entre les trois partenaires, la complémentarité et la créativité de nos équipes sont des atouts essentiels dans la réussite du projet AGIR. Avec ce financement, nous ambitionnons d’être à l’avant-garde mondiale dans la découverte et le développement de nouvelles structures antibiotiques ».

Les antibiotiques, un axe de développement privilégié par Deinove

Depuis sa création, le groupe Deinove a mené plusieurs projets de recherche en parallèle pour exploiter tout le potentiel de ses bactéries deinocoques : Deinol (biocarburants), Deinochem (ingrédients chimiques tels que les caroténoïdes), Deinoplast (bioplastiques) et Deinobiotics (antibiotiques). Devant le constat d’un marché moins porteur pour les biocarburants, l’entreprise a recentré sa stratégie sur ses projets Deinochem et Deinobiotics en 2016. Suite à cette revue stratégique, Deinove a breveté son premier candidat antibiotique au début de l’année 2017. En outre, il a structuré ses équipes en nominant Bernard Scorneaux en qualité de chef de projet clinique en mars 2017.

 

Partager cet article avec :