Antibiotiques : Collaboration entre Deinove et Naicons

Partager cet article avec :
Les Déinocoques permettent de produire des antibiotiques

La société montpelliéraine de biotechnologie industrielle Deinove a paraphé un accord de licence exclusive de recherche avec Naicons, spécialiste italien du développement de composés bioactifs. Noué dans le cadre du projet AGIR financé par Bpifrance à hauteur de 14,6 M€, ce partenariat vise à élargir la souchothèque actuelle de Deinove, et ainsi multiplier les opportunités de découverte de nouveaux antibiotiques. Actuellement, le groupe français s’appuie sur une collection de 6 000 souches de déinocoques, tandis que la société transalpine dispose d’une bibliothèque de 45 000 souches microbiennes. Dans un premier temps, Deinove pourra accéder à 400 lignées sélectionnées par Naicons pour leur potentiel, dont il caractérisera les activités antibiotiques via sa plateforme technologie robotisée. « Associer nos forces pour avancer plus rapidement, c’est essentiel pour gagner la bataille contre le développement des résistances aux antibiotiques. Ce type de collaboration doit s’accélérer dans un futur proche afin de véritablement répondre à cette urgence de santé publique mondiale », soutient Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove.

Un virage vers les antibiotiques

Si les antibiotiques font bien partie historiquement des développements envisagés par Deinove via son programme Deinobiotics, ce n’est que récemment que le groupe montpelliérain s’est concentré sur ces composés via un plan de réorientation stratégique annoncé en septembre 2016. Cela a notamment conduit au dépôt de brevet pour un premier candidat-antibiotique en janvier 2017, avant le lancement du projet AGIR (Antibiotiques contre les Germes Infectieux Résistants) mené en collaboration avec l’Institut Charles Viollette (ICV, Université Lille 1).

Partager cet article avec :