Anellotech ouvre la voie du PU à 100% biosourcé

Partager cet article avec :

Anellotech, société américaine spécialisée dans la production de produits pétrochimiques à faible coût à partir de biomasse non alimentaire, a annoncé qu’elle prévoit de mettre à disposition de partenaires stratégiques de grandes quantités (soit 100 kg) de benzène et de toluène vert avant la fin de l’année 2013. Anellotech a développé un procédé thermochimique de pyrolyse catalytique (PCP) permettant d’accéder à des produits aromatiques directement à partir de la biomasse non alimentaire. Une usine pilote devrait débuter sa production au second semestre de 2013. Outre le benzène et le toluène, elle permettra d’accéder également à des xylènes. La société Anellotech souligne que le benzène atteint des prix record alors que des volumes élevés sont utilisés pour la production de polymères industriels importants, notamment l’ABS, le caoutchouc butyl styrène, le nylon, le polycarbonate et le polystyrène. De son côté, le toluène est utilisé comme un booster d’octane dans les carburants essence, mais il sert surtout à produire du diisocyanate de toluène.

Vers la production de polyuréthane à 100% biosourcé

Combiné à des polyols biosourcés déjà sur le marché, ce diisocyanate de toluène biosourcé permettrait d’accéder à du polyuréthane (PU) à 100% biosourcé, option qui n’est pas encore disponible. Le procédé exploité par Anellotech a été inventé par le professeur George Huber (alors à l’Université de Massachusetts Amherst, maintenant à l’Université du Wisconsin Madison). Il utilise la technologie du lit fluidisé et conduit à des mélanges BTX (benzène, toluène et xylènes). Le catalyseur est une zéolithe commerciale, couramment utilisés dans les industries du raffinage et de la pétrochimie. Le procédé peut utiliser des biomasses très diverses, comme les déchets agricoles, les copeaux de bois, de la paille de maïs, la bagasse de canne à sucre ou des cultures énergétiques comme le panic érigé. Selon Anellotech, sa technologie est de ce fait « plus verte » que celles passant par la production de sucres.

Partager cet article avec :