Alimentation : Les Nouveaux affineurs veulent démocratiser le fromage végétal

Partager cet article avec :

Le 12 décembre dernier, la start-up Les Nouveaux Affineurs a reçu un des deux Prix spéciaux à l’occasion de la 7e édition du Genopole Young Biotech Award. Créée en 2017, cette start-up développe des fromages issus de produits végétaux, en substituant le lait animal par des substrats issus d’oléaginaux (noix, amandes, etc.) et de protéagineux (pois, lupin, soja). Et cela sans s’éloigner du goût et de la texture des fromages traditionnels. En outre, les produits des Nouveaux Affineurs présentent des bénéfices nutritionnels comparé aux fromages élaborés à partir de lait : ils sont plus riches en acides gras insaturés et contiennent moins de sel.

Un procédé de production écologique

Pour fabriquer leurs produits, les équipes des Nouveaux Affineurs sont parvenues à allier innovation biotechnologique et savoir-faire fromager artisanal. Une méthode qui a permis de gagner en impact écologique, en réduisant « de 70% à 85% de la quantité d’eau consommée, des émissions des gaz à effet de serre et de la surface au sol nécessaire par rapport aux fromages classiques fabriqués à partir de lait d’animaux d’élevage ». « Nous avons l’ambition d’aider la France à devenir un leader mondial de l’alimentation végétale », déclare Nour Akbaraly, fondateur des Nouveaux Affineurs. Avant de poursuivre : « Aujourd’hui, les prototypes sont en cours de finalisation. Nous attaquons 2018 dans l’objectif de démarrer la commercialisation, de lever des fonds et de recruter. Avec Genopole, nous allons pouvoir passer à l’échelle supérieure en R&D. Cela sera également un levier intéressant pour identifier des partenaires techniques et industriels dans le but de passer à l’étape pilote d’une petite unité de production ».

L’alimentation végétale en essor en France

Depuis quelques années, l’industrie agroalimentaire française se focalise sur les aliments de substitution à base de ressources végétales. Les entreprises s’intéressent notamment aux protéines végétales à l’instar du sauté végétal développé par Tereos. De son côté, Arbiom travaille sur la substitution des farines de poissons par des protéines végétales (issues de bois) dans le cadre du projet Sylfeed.

Partager cet article avec :