Alimentation animale : Vers une production autonome d’insectes

Partager cet article avec :

La start-up Entomo Farm, premier équipementier de la filière entomocole (production d’insectes), annonce l’ouverture de son capital. Pendant 2 mois, investisseurs particuliers et professionnels peuvent devenir actionnaires de la société à partir de 100 euros via le site d’investissement participatif sowefund.com. L’objectif d’Entomo Farm est de lever 400000 euros.

Créée en 2014 par Gregory Louis, Etomo Farm se propose de concevoir, fabriquer et entretenir des installations écoresponsables pour la production clé en main d’insectes. La société a développé deux offres : l’Entomopolis, correspondant à une exploitation industrielle sédentaire sur mesure pour une capacité de production supérieure 1000 tonnes/an d’insectes et l’Entomo Box, une unité de production autonome et modulable de 28 m2, d’une capacité de production de 5 t/an. « Notre mode de production s’inspire  du design du berceau au berceau : l’énergie et les sous-produits sont réutilisés à chaque étape, afin de réduire les coûts et l’empreinte écologique de la production. Nos systèmes garantissent l’absence d’intrants chimiques, la traçabilité totale des insectes et utilisent des protocoles de sécurité alimentaire fondés sur la méthode HACCP » précise la société.

Des débouchés entrevus en pisciculture

Ces installations s’adressent essentiellement à des pisciculteurs pour leur permettre de produire sur site des protéines pour nourrir leurs poissons. Gregory Louis explique qu’en France, la filière piscicole est dépendante à plus de 60% des importations en farines de poissons, dont le prix a augmenté de 186% ces 10 dernières années. D’ailleurs, il faut 4 kg de poisson sauvage pour produire 1kg de poisson d’élevage.
Ce jeune dirigeant avait figuré parmi les lauréats du concours 101 projets, lancé par Marc Simoncini (Meetic), Xavier Niel (Free) et Jacques-Antoine Granjon (Vente-privee.com) en 2013.

Les fonds récoltés dans le cadre de cette augmentation de capital vont contribuer à automatiser un premier pilote installé sur l’Ecoparc de Blanquefort en Gironde. Ils permettront également de doubler l’effectif de la société et de livrer de premiers clients.

Cet intérêt pour la culture d’insectes n’est pas sans rappeler le projet de la société Ynsect, installée sur le Genopole d’Evry. Son approche est toutefois différente car Ynsect cherche à développer le concept d’entomoraffinerie, où, à la production de protéines, s’ajoute celle d’autres produits comme de l’huile et de la chitine.

Partager cet article avec :