Alginates : Algaia rachète un site breton à Cargill

Partager cet article avec :
Fabrice Bohin est le CEO d'Eviagenics.
Fabrice Bohin est le CEO d’Algaia.

La société Algaia (ex Eviagenics) vient d’annoncer son intention d’acquérir l’activité Alginates de Cargill et son site de production situé à Lannilis en Bretagne qui emploie 65 collaborateurs.

Une opportunité pour Algaia d’accélérer son développement notamment dans le domaine des extraits d’algues marines. Cargill est propriétaire de ce site depuis 2006, date de sa reprise auprès de Degussa. Ces alginates sont produits à partir d’algues brunes pêchées en mer d’Iroise par des goémoniers. Ils sont ensuite utilisés comme agents de texture pour leurs propriétés gélifiantes et épaississantes dans des applications aussi variées que les crèmes glacées, les empreintes dentaires ou les baguettes de soudure.

Pour rappel, en 2013, ce site avait fait l’objet d’un investissement de 15 millions de dollars (11,3 M€) de la part de Cargill, pour optimiser et augmenter la production d’alginates.

L’arrivée d’un nouvel investisseur stratégique

Dans le cadre de cette acquisition, Algaia accueillera l’arrivée d’un nouvel investisseur stratégique, dont le nom sera annoncé dans les prochaines semaines. Il doit augmenter « significativement » les ressources financières de la société et lui permettre de réaliser ses ambitions. La transaction reste soumise au processus d’information et de consultation des instances représentatives du personnel et devrait se clore dans les prochains mois.

Une mutation dans les extraits marins

Depuis l’arrivée en 2014 de son nouveau président-directeur général, Fabrice Bohin, la société Algaia s’est considérablement transformée pour se spécialiser principalement dans le domaine des ingrédients marins. Une alliance stratégique avec Gelymar, l’un des principaux leaders mondiaux du marché des carraghénanes (extraits d’algues rouges) a tout d’abord été conclue en 2015. Fin 2015, Algaia a signé la vente de sa plateforme biotechnologique destinée à la production de flavonoïdes (famille des polyphénols) à Alderys. La même année, ses investisseurs historiques, trois importants fonds d’investissements français (Emertec, CEA Investissement et CapDecisiveManagement), ont renouvelé leur confiance dans la stratégie de l’entreprise et dans son nouveau management, en y investissant à nouveau plusieurs millions d’euros.

Frédéric Faure et Franck Hennequart rejoignent Eviagenics.
Frédéric Faure et Franck Hennequart.

Dès 2016, plusieurs experts de renommée internationale, venant à la fois du monde des extraits d’algues conventionnels et de celui des extraits d’algues de spécialités, ont rejoint la direction d’Algaia et son conseil d’administration. En particulier Frédéric Faure et Franck Hennequart.

Enfin, Algaia a réalisé il y a quelques mois l’acquisition d’Alganact, une start-up française de 4 personnes, implantée en Normandie et ayant des atouts uniques dans le développement et la caractérisation de produits et procédés relatifs à la valorisation de biomasse algale. Le siège social d’Algaia est actuellement basé à Paris et son centre de recherche est installé à Saint-Lô (Normandie).

Un soutien fort du territoire

Dans le communiqué publié à l’occasion de cette opération, Fabrice Bohin a souhaité remercier les acteurs locaux pour leur appui dans cette opération : « Nous voulons par ailleurs remercier le conseil régional de Bretagne avec lequel nous avons été en contact au cours de ces derniers mois et qui a su, dans la discrétion indispensable à la réussite de ce type de projet, se mobiliser pour nous soutenir. Dès les premiers échanges, nous avons senti la volonté de la région de nous accompagner et sa compréhension des enjeux pour la filière algale qui offre d’importantes perspectives de développement. Nous savions que tant Jean Yves Le Drian (président de la région Bretagne) que Loig Chesnais-Girard (vice-président) suivaient ce dossier de très près, sans oublier Gael Guegan, directeur Economie Bretagne. Il est plus simple de convaincre des investisseurs quand on peut justifier que l’on a un territoire derrière soi.»

Partager cet article avec :