Algae-to-ethanol : Algenol installe sa technologie chez Reliance

Partager cet article avec :
Vue du photobioréacteur flexible développé par Algenol.
Vue du photobioréacteur flexible développé par Algenol.

La jeune société innovante américaine Algenol et le groupe industriel indien Reliance Industries annoncent qu’ils viennent de déployer avec succès la première plate-forme indienne utilisant la technologie d’Algenol, « direct-to-ethanol ». Ils ont en effet installé un module de démonstration près de la gigantesque raffinerie de Reliance à Jamnagar. Grâce à l’usage d’algues au patrimoine génétique modifié, le module est en mesure de recycler du CO2 émis par les installations industrielles pour le convertir en biocarburants (essence, gasoil ou kérosène). Une tonne de CO2 conduisant à 144 galons de carburant (545 litres), précise la société.

La biomasse algale devient carburant

Dans la pratique, les algues produisent d’abord de l’éthanol. Puis la biomasse algale récoltée est introduite dans une unité de liquéfaction hydrothermale qui produit le mélange de carburants liquides. Un élément central de la technologie est le photobioréacteur en film plastique flexible breveté qui facilite la production et la collecte des produits. Algenol souligne en outre que son procédé fonctionne avec de l’eau salée. En d’autres termes la croissance de ces algues n’exerce pas de tension sur les réserves d’eau douce du pays.
Cette technologie a d’abord été éprouvée à Fort Myers, au siège d’Algenol en Floride. En Inde, Reliance exploite l’installation en solo, ce qui prouve que la technologie est prête pour une commercialisation à plus large échelle.

L’Inde pourrait d’ailleurs offrir d’importants débouchés à Algenol en tant que troisième producteur mondial de CO2 alors que sa demande énergétique s’inscrit en forte croissance. Un tel procédé contribuerait à réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays, tout en lui apportant de nouvelles sources de combustible liquide.

Partager cet article avec :