Ajinomoto et Bridgestone passent à l’échelle commerciale

Partager cet article avec :

Crédits : BridgestoneAjinomoto avance sa collaboration avec son compatriote Bridgestone. Les partenaires avaient signé un accord en juin 2011, afin de mutualiser leurs recherches dans le domaine des caoutchoucs synthétiques fabriqués à partir de matières premières renouvelables. Dans ce cadre, Ajinomoto a réussi à produire de l’isoprène biosourcé à l’échelle laboratoire à partir d’un procédé de fermentation de la biomasse. De son côté, Bridgestone est parvenu à concevoir du caoutchouc synthétique à partir de l’isoprène d’Ajinomoto. Désormais, les deux sociétés japonaises souhaitent passer à la vitesse supérieure en développant industriellement ce caoutchouc synthétique biosourcé. Ils espèrent débuter la commercialisation à l’horizon 2013. Bridgestone représente l’un des plus grands distributeurs mondiaux de pneus, la principale application du caoutchouc. Il dispose de sites de production implantés aux quatre coins de la planète (Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe, Asie, Océanie, Moyen-Orient). En 2011, le groupe a réalisé des ventes de l’ordre de 3 024 milliards de yens (30,66 Mrds €) pour un effectif de 145 124 employés. Ajinomoto compte, lui, 28 054 salariés. Il a généré un chiffre d’affaires de 1 197 Mrds ¥ pour l’année fiscale 2011 (achevée au 31 mars 2012). Il produit, entre autres, des acides aminés utilisant des technologies de fermentation depuis plus de 50 ans.

Partager cet article avec :