Affluence raisonnable à Montréal pour le congrès mondial de la biotechnologie industrielle

Partager cet article avec :
Edition 2017 du congrès mondial de la biotechnologie industrielle.

Le congrès mondial des biotechnologies blanches, BIO World Congress on Industrial Biotechnology, s’est tenu du 24 au 26 juillet au Palais des congrès de Montréal, au Québec (Canada). Cette 14ème édition a attiré 954 participants. Il s’agit du plus grand événement de biotechnologie industrielle au monde avec ses 227 conférenciers qui sont intervenus à travers cinq réunions plénières et sept sessions parallèles sur des sujets divers (marchés, biofuels, biologie synthétique, arômes et ingrédients, produits chimiques biosourcés…). Mais c’est au niveau des rencontres d’affaires qu’un nouveau record s’est établi. Au cours des trois jours, 893 personnes représentant 535 entreprises ont participé à 1 130 réunions. Le nombre de réunions, dont l’organisation a été facilitée par le système « One-on-One Partnering » de BIO, a augmenté de 9% par rapport à l’édition 2016 de San Diego.
Brent Erickson, vice-président exécutif de la section Industrie et environnement de BIO, a déclaré : « Depuis les séances plénières solides jusqu’au nombre record de réunions d’affaires, le Congrès BIO 2017 a été un succès retentissant. Cet événement continue de fournir aux cadres de l’industrie, aux investisseurs, aux décideurs et aux universitaires la meilleure opportunité de créer des liens et des partenariats qui stimuleront la croissance dans le secteur pour les années à venir ». Néanmoins malgré l’enthousiasme manifesté par Brent Erickson, on se souvient que l’édition montréalaise de 2015 avait attiré quelque 1200 participants en provenance de 750 entreprises et 50 pays, soit presque 25% de participants de plus. Si les nord-américains et les européens ont continué à répondre présents, la défection provient sans doute des participants asiatiques, moins massivement représentés. Lors d’une conférence, le p-dg d’une importante start-up a également souligné l’absence de « brand owners », ces sociétés qui s’adressent en bout de chaîne au consommateur final.

Une importante délégation française accompagnée par le pôle IAR

En parallèle, un vaste hall a abrité près d’une cinquantaine d’exposants, dont le pôle IAR qui conduisait une délégation d’une trentaine de personnes. Les sociétés représentées étaient les suivantes : Alderys, ARD, Bgene Genetics, Carnot Institute 3BCAR, Enobraq, Eurodia Industrie, IFMAS, INRA, Metabolic Explorer, Novasep, Processium, ProSim, Seppic, Sofinnova Partners, Sup’Biotech, Syngulon et TWB.

Cependant, les Français pouvaient légitimement jalouser le pavillon Hollandais particulièrement visible et soutenu par la BE-Basic Foundation qui a vocation à stimuler les partenariats publiucs privés entre les Pays-Bas et des pays étrangers.

Deux industriels récompensés
Cette année le prix de George Washington Carver, récompensant l’innovation en biotechnologie industrielle, a été remis à Jeff Broin, président-directeur général de POET qui opère dans les biocarburants de deuxième génération. Le prix annuel, établi par BIO il y a 10 ans, met en lumière les contributions significatives des individus dans le domaine de la biotechnologie industrielle. Cette année le sponsor était IowaBio.
Le prix Rosalind Franklin, récompensant le leadership au féminin en biotechnologie industrielle, a été remis à Vonnie Estes, pour sa longue et riche carrière dans le domaine. Ce prix était parrainé par la Société Rosalind Franklin.
Rendez-vous en 2018 pour la prochaine édition de ce congrès mondial de la biotechnologie industrielle qui se tiendra du 16 au 19 juillet au Convention Center de Philadelphie en Pennsylvanie.

Partager cet article avec :