Actifs huileux : Deinove s’associe à Oléos

Partager cet article avec :
Anne Rossignol Castera, présidente fondatrice d’Oléos.

La société de biotechnologie Deinove vient d’engager un partenariat avec Oléos. L’objectif est de développer un nouvel actif cosmétique 100% naturel associant les propriétés exclusives des bactéries Deinove et la technologie brevetée d’Oléo-Eco-Extraction d’Oléos.

Oléos, qui appartient désormais au groupe américain Hallstar, a déjà développé, à partir de son procédé exclusif, une vingtaine d’ingrédients actifs commercialisés auprès de marques de cosmétique en France et à l’international, et continue à étendre sa gamme.

A cette fin, Oléos a sélectionné l’une des souches actives du catalogue de Deinove qui présente des propriétés intéressantes pour la cosmétique. Deinove va désormais travailler à l’optimisation des performances de production de la souche, tandis qu’Oléos formulera un ingrédient innovant en appliquant son procédé d’extraction à la biomasse bactérienne. L’objectif : obtenir un actif huileux stable, à l’efficacité cliniquement prouvée, facile à formuler et conforme aux exigences du marché cosmétique. Le lancement commercial est prévu pour fin 2018.

La société Oléos a été créée en 2010 par Anne Rossignol Castera, experte reconnue de la chimie des corps gras. Ingénieur AgroParisTech, institut des sciences et industries du vivant et de l’environnement, mais aussi ex-directrice développement de l’Iterg (1986-2009), elle a conçu le principe de l’oléo-éco-extraction en 2006, puis l’a breveté en 2009 après quatre années de recherches au sein de l’école de chimie et de la faculté de pharmacie de Montpellier. Basée à Montpellier, la société Oléos, qu’elle dirige toujours, a été rachetée en septembre 2016 par le groupe de spécialité américain Hallstar, basé à Chicago.

Zoom sur l’Oléo-Eco-Extraction (source le comptoir des cosmétiques)

 » Ce procédé utilise le pouvoir solvant des huiles végétales pour extraire les molécules actives contenues dans des végétaux, fleurs, fruits, feuilles, racines, et pour les concentrer dans un vecteur huileux, le tout sous atmosphère inerte. Ce procédé intensifie le pouvoir solvant du corps gras grâce à l’activation énergétique apportée par des micro-ondes à haute densité de puissance et couplée à des ultrasons à basse fréquence. En quelques minutes seulement, cet apport en énergie permet d’ouvrir les cellules végétales et de favoriser le passage dans le vecteur huileux des composés lipophiles (acides gras, phytostérols, caroténoïdes…) mais aussi de composés plus polaires ou amphiphiles tels que des flavonoïdes et des polyphénols. Au niveau supramoléculaire, on observe la formation de structures colloïdales au sein de l’huile. On obtient donc un extrait huileux enrichi en actifs végétaux, dénommée Oléoactif, qui se présente comme une huile micro-structurée bioactive et stabilisée. Cette technique permet d’obtenir des éco-extraits huileux facilement reproductibles, non oxydés, ayant de hauts rendements en molécules extraites, stables et aux caractéristiques organoleptiques optimisées. Facilement formulables dans les émulsions  cosmétiques, les huiles et le maquillage, ce sont de véritables actifs aux propriétés biologiques démontrées « .

 

Partager cet article avec :