Acides glucarique et adipique biosourcés : JM Davy et Rennovia s’associent

Partager cet article avec :

Le fournisseur de procédés Johnson Matthey Davy Technologies (JM Davy) et la société de chimie du végétal Rennovia démarrent une collaboration autour du développement de procédés catalytiques (non fermentaires) pour la production d’acide glucarique et d’acide adipique biosourcés. Les partenaires utiliseront la technologie de Rennovia d’oxydation aérobie du glucose en acide glucarique. Puis ils travailleront sur l’hydrogénation catalytique d’acide glucarique en acide adipique. JM Davy voit dans ce partenariat l’occasion d’étendre son portefeuille de procédés catalytiques dans le domaine du biosourcé. Déjà le groupe estime que ses licences ont contribué à la production de 1,5 million de tonnes de produits chimiques biosourcés.

Vers un polyamide-6,6 biosourcé

L’acide adipique est l’un des grands intermédiaires de l’industrie chimique avec un marché mondial de plusieurs milliards de dollars. Sa principale application se situe dans la fabrication du polyamide-6,6 (nylon), mais cet acide est aussi utilisé dans la production de polyesters polyols pour le domaine des polyuréthanes ou d’adipates (esters de l’acide adipique) utilisés dans les plastifiants. Jusqu’alors, l’acide adipique était obtenu exclusivement sur base fossile.

De son côté, l’acide glucarique est en train de s’imposer comme une nouvelle molécule plate-forme avec de larges applications dans la détergence, le dégivrage, le ciment et les marchés anti-corrosion, selon les partenaires.
En mai 2013, Rennovia avait déclaré que son procédé le plus avancé, à savoir l’acide adipique, était au stade pilote. Un passage en démonstrateur en 2014 était annoncé, avant une première production commerciale en 2018. Sur ce produit, Rennovia est concurrencé par des acteurs comme Verdezyne ou Genomatica qui ont choisi la voie fermentaire. Par ailleurs, Rennovia développe en parallèle un procédé de production d’hexaméthylènediamine (HMDA) biosourcé qui est avec l’acide adipique l’autre précurseur du nylon-6,6.

Partager cet article avec :