Acide muconique biosourcé : Deinove lauréat du Concours mondial d’innovation

Partager cet article avec :
deinove
Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove.

Deinove va recevoir 200000 euros de subventions pour son programme de R&D Deinoplast. La société française est lauréate de la 2ème édition du Concours mondial d’innovation dans la phase I, dite « phase d’amorçage ».

Initié par l’Etat français en 2013, pour permettre l’émergence de projets novateurs dans des secteurs stratégiques, ce concours met en avant 8 ambitions pour la France. Le projet de Deinove s’inscrit dans le cadre de l’ambition n°4, baptisée « Les protéines végétales et la chimie du végétal ». La société a indiqué avoir été retenue avec 6 autres lauréats, parmi 40 entreprises candidates pour cette même ambition.

« Nous sommes extrêmement fiers d’avoir été retenus par le Concours Mondial d’Innovation comme projet d’avenir pour la France. Cette distinction est la reconnaissance de la qualité de notre plateforme technologique. Elle nous conforte dans notre ambition de développer des modes de production plus responsables et plus durables pour divers composés et ingrédients entrant dans la formulation de produits d’usage courant » a déclaré Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove.

Des débouchés dans les plastiques biosourcés

Deinoplast est le nom d’un programme lancé en 2015 par Deinove et qui vise à développer un procédé de production d’acide muconique et dérivés à partir de matière première végétale, en utilisant des bactéries Deinocoques. Il s’ajoute aux programmes Deinol, pour la production de bioéthanol, et Deinochem qui s’intéresse aux isoprénoïdes aromatiques et aux caroténoïdes.

Ce nom de Deinoplast a été retenu car l’acide muconique compte parmi ses dérivés, le caprolactame, l’acide téréphtalique et l’acide adipique. Or ces trois composés sont des intermédiaires clés pour la production de polyamides et de PET.

« L’acide muconique biosourcé est une réelle alternative pour l’industrie chimique, car il pourrait se substituer à des procédés industriels polluants à base de pétrole, sur des marchés très significatifs. Il existe une demande importante pour la production de composés biosourcés, par exemple dans les plastiques à usage alimentaire ou dans les textiles » a commenté la société.

Un Concours mondial d’innovation en 3 phases

Rappelons que le Concours mondial d’innovation propose d’aider les entreprises en 3 phases. La phase d’amorçage est suivie de la phase II, dite « de levées de risques » (soutien de 1 à 3 M€), et la phase III, dite « de développement » (soutien de 20 M€). Les résultats de la phase I de la 2e édition viennent tout juste d’être dévoilés. Pour ce qui est de la 1ere édition, elle a d’ores et déjà atteint la phase II avec cinq dossiers sélectionnés au niveau de l’ambition n°4.

Partager cet article avec :