Acétone/isopropanol : Global Bioenergies démarre la mise à l’échelle d’un deuxième procédé

Partager cet article avec :
ARD sollicité pour le pilotage.

C’est son deuxième procédé à entrer en phase de mise à l’échelle. Après la production d’isobutène biosourcé, le société Global Bioenergies vise désormais la production d’acétone et d’isopropanol biosourcés, deux composés à trois carbones (C3) massivement utilisés par de nombreuses industries (solvants, matériaux, cosmétiques), et pouvant être secondairement convertis en propylène. Global Bioenergies ouvrirait ainsi la voie à du polypropylène vert, une matière plastique un temps promise par le brésilien Braskem en version biosourcée, mais qui n’est toujours pas proposée sur le marché (en tout cas dans des volumes significatifs).

Premiers travaux en 2012

Cette annonce n’est pas une surprise dans la mesure où la société avait déjà annoncé qu’elle menait dans travaux dans le domaine. En octobre 2012, le Français avait validé expérimentalement une voie métabolique permettant de convertir biologiquement des ressources renouvelables en propylène. En décembre 2014, il faisait l’annonce d’une souche prototype qui avait permis de réaliser cette conversion à l’échelle du laboratoire.

Ce procédé innovant repose effectivement sur la fermentation de ressources renouvelables par des souches bactériennes dont le métabolisme a été génétiquement modifié. La société explique qu’il existe déjà dans la nature certaines bactéries capables de produire de l’acétone, mais avec un rendement limité. « L’innovation apportée par Global Bioenergies a consisté à remanier en profondeur le métabolisme central du carbone de souches bactériennes, afin d’atteindre un rendement bien plus élevé » a expliqué la société.

La société de recherche ARD partenaire

Le « procédé C3 », préparé au stade du laboratoire, a été transféré à la société ARD, installée sur la plate-forme agro-industrielle de Pomacle-Bazancourt, et spécialisée dans la mise à l’échelle des procédés de fermentation. Un premier essai fermentaire y a été mené avec succès.

Yvon le Hénaff, directeur général d’ARD, a déclaré : « Ce premier essai de mise à l’échelle du procédé C3 a permis de produire avec succès un mélange d’acétone et d’isopropanol à l’échelle du kilogramme. Nous pourrions passer dès 2018 à l’échelle de la tonne. »

Pour Luc Mathis, directeur du Business Development de Global Bioenergies : « Ce premier succès est le point de départ vers une exploitation industrielle, dans une logique partenariale. Global Bioenergies dispose aujourd’hui des équipements de mise à l’échelle (pilote et démonstrateur), ainsi que des capacités nécessaires en génie chimique et en design industriel. »

Partager cet article avec :