1,3-propanediol : Metex cède une licence exclusive à SK Chemicals

Partager cet article avec :
Formule du 1-3 propanediol. Source Wikimedia
Formule du 1-3 propanediol. Source Wikimedia

Finalement, Metabolic Explorer (Metex) ne construira pas son usine de production de 1,3-propanediol (PDO) biosourcé en Malaisie. Lâché par son partenaire local Bio-XCell, la société clermontoise, spécialisée dans les procédés de production de produits chimiques par voie biologique, a changé son fusil d’épaule. En effet, elle a choisi d’accorder une licence exclusive de sa technologie au groupe sud-coréen SK Chemicals qui a réalisé 6 Mrds € de chiffre d’affaires en 2013 dans la chimie et les sciences de la vie. Et c’est ce dernier qui se chargera d’investir dans une nouvelle unité de production. Les termes financiers de la transaction reposent sur le paiement d’une avance à la signature de l’accord, de paiements d’étapes selon le calendrier d’industrialisation et de redevances sur les futures ventes, explique Metex. « Nous avons choisi de confier l’exclusivité à SK Chemicals, non seulement pour ses capacités industrielles et financières avérées mais aussi pour son engagement à long terme et sa volonté de devenir un leader sur le marché des produits chimiques biosourcés » a déclaré Benjamin Gonzalez, président fondateur de Metex. « Nous sommes convaincus que ce partenariat avec une société de la taille de SK Chemicals, est la meilleure option pour créer de la valeur, pour nos actionnaires mais également pour les futurs utilisateurs du PDO qui attendent une solution innovante et pérenne ».

Croissance attendue en Asie

De son côté, Younghwi Jin, Senior vice-président et directeur de la division Matériaux Biosourcés et Energie de SK Chemicals s’est félicité de cette opération qui devrait permettre à sa société de concrétiser son ambition de devenir l’un des leaders mondiaux pour la production de composés durables et respectueux de l’environnement. SK Chemicals s’empare d’un procédé qui a déjà été éprouvé à travers la qualification de plusieurs tonnes de PDO et des essais sur des dizaines de grades de glycérine, matière première choisie pour ce procédé. Avec ses deux fonctions alcool, ce 1,3-PDO devrait est promis à une forte croissance en Asie car il peut être utilisé dans de nombreuses applications depuis la formulation de produits cosmétiques ou d’hygiène, la fabrication de résines et de produits de revêtement dans l’industrie de la construction, jusqu’à la production de polymères comme le PTT (polytriméthylène téréphtalate) ou les polyuréthanes.

Horizon éclairci

Pour Metabolic Explorer, cet accord de licence est un signe positif après une série de déconvenues. Il a d’ailleurs été salué à la Bouse par une hausse du titre de l’ordre de 40% sur la seule journée du 1er juillet. Les déboires de Metex avaient commencé au lendemain de la signature de cette usine de production de PDO en Malaisie fin 2010 qui a poussé le groupe deux ans plus tard à supprimer 35% de ses effectifs. Puis en début d’année, c’est Roquette qui a renoncé à industrialiser le procédé de production de méthionine biosourcée de Metex. Du coup en mai, à l’occasion de la présentation de ses résultats 2013, la visibilité financière de Metex ne dépassait pas la fin 2015. Cette échéance est désormais repoussée, laissant à Metex une plus grande marge de manœuvre pour développer ses programmes : acide glycolique, butanol, méthionine et 1,2-propanediol.

Partager cet article avec :